La Grande école du numérique lance son appel à projets



L'Etat a franchi une nouvelle étape, le 17 septembre 2015, vers le lancement de sa "Grande école du numérique". Celle-ci sera en fait un réseau formé de diverses formations labellisées. Toutes devront être gratuites, conduire à l'insertion professionnelle et accueillir en priorité des jeunes sans formation.





François Hollance reçoit le rapport sur la grande école du numérique, le 17 septembre 2015.
François Hollance reçoit le rapport sur la grande école du numérique, le 17 septembre 2015.
François Hollande avait créé la surprise en annonçant, dans sa conférence de presse du 5 février 2015, le lancement d'une "grande école du numérique" chargée de diffuser ses formations sur tout le territoire français.

On attendait ensuite la constitution d'une équipe de choc, la présentation d'un cursus d'excellence et d'une nouvelle structure d'enseignement. Mais non. Le visage de cette nouvelle école ne sera justement pas celui d'un établissement unique mais plutôt d'un réseau de formations et d'établissements labellisés par l'Etat.

Et quelles seront ces formations ? On le saura dès le 30 novembre prochain : jeudi 17 septembre, après avoir réceptionné le rapport qu'il avait commandé sur le sujet, François Hollande a lancé un "appel à projets". Comprenez qu'il a ouvert la période de candidature. Les formations, publiques ou privées, ont jusqu'au 19 octobre 2015 pour déposer leur dossier de labellisation.

Ainsi la "grande école" devrait déjà pouvoir offrir une cinquantaine de formations d'ici la fin de l'année ce qui permettrait de former 2500 jeunes.

Des formations pour qui et pour quoi faire ?

Clairement, ces formations viseront l'insertion professionnelle des jeunes, en priorité de ceux qui sont sans emploi et sans formation. L'idée est de leur permettre d'acquérir des compétences numériques très recherchées en ce moment par les entreprises, par exemple pour développer des sites web et des applications mobiles.

Il n'y aura donc pas de niveau de diplôme requis pour s'inscrire : un paradoxe pour un cursus qualifié de "grande école du numérique", au pays où l'appellation "grande école" renvoie à une appellation précise plutôt élitiste.

Ce seront des formations courtes et intensives, de 3 à 24 mois, qui devront déboucher sur des emplois clairement définis. Et elles devront être gratuites pour lutter contre les inégalités sociales.

La pédagogie devra être innovante, sur le mode projet, et favoriser le travail collaboratif en équipe. Le e-learning pourra être utilisé, mais en complément de séances en présentiel car les jeunes devront aussi être accompagnés et acquérir des "savoir-être".

Les formations devront remplir ces conditions de base pour obtenir le fameux label "Fabrique du numérique". A la clé, elles pourront obtenir un financement pour amorcer leur première session de formation.

L'exemple de Simplon.co

Vous vous demandez à quoi vont ressembler ces formations et si vous (ou un proche) pourriez en bénéficier ?

Il existe en réalité déjà des formations qui remplissent les "critères" de la "grande école du numérique". C'est le cas de Simplon.co, née à Montreuil (93) en 2013, très innovante et lauréate de nombreux prix.

Simplon s'est en effet spécialisée dans le lancement de "fabriques sociales numériques". Ces fabriques proposent des formations gratuites en six mois aux métiers techniques du numérique. Elles s'adressent aux demandeurs d’emplois issus de territoires prioritaires, tout spécialement des femmes, des seniors et des publics éloignés du numérique.

Simplon a réussi a obtenir le soutien d'entreprises, de fondations contre l'exclusion et de collectivités. Et sa formule commence à essaimer partout en France : une vingtaine de nouvelles écoles Simplon.co seront lancées à l’horizon 2016.


Il faut dire que les résultats sont là : le taux d'insertion et de sorties positives dans les six mois suivant la formation est de 87%. Et aujourd'hui, Simplon lance sa propre fondation ce qui lui permet de mener une campagne de levée de fonds.


Webforce3, la web@cadémie

Autre initiative proche, Webforce3 qui monte en puissance également : cette formation intensive en trois mois au métier de développeur web vient de lancer son réseau de franchise et vise les jeunes décrocheurs ou en reconversion. Elle est payante et devra donc innover pour proposer un cursus gratuit et obtenir son label.

Autre formation qui devrait aussi pouvoir être labellisée sans problème, la web@cadémie, cursus pour les jeunes sans le bac lancé en partenariat avec l'école privée Epitech et l'association ZUPdeCo.

On ignore encore si des écoles d'informatique plus classiques voudront entrer dans la "grande école du numérique". Il leur faudrait pour cela ouvrir des cursus gratuits et trouver des financements. "La gratuité est un sujet sur lequel nous travaillons sérieusement et nous avons un beau projet pour l'offrir aux étudiants à partir de 2016 mais sur un modèle pérenne", confie Alick Mouriesse, président de SUPINFO international University sans vouloir dévoiler son projet.

Une chose est sûre : même si la "grande école du numérique" ne vient pas se substituer, loin de là, aux nombreuses offres de formations en informatique, elle pourrait tout de même faire bouger les lignes en apportant de nouvelles idées et modèles.
Ce sera d'ailleurs l'une des missions de la structure centrale de la "grande école du numérique" : permettre le partage des expériences et des bonnes pratiques au profit des jeunes, des entreprises et de l'économie.


Vendredi 18 Septembre 2015

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Métiers | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Pub vidéo | liens | Club Réussir ma Vie



S'abonner à la newsletter gratuite



Guides à télécharger



Vos articles préférés !