Handicap : des maisons pour oser la rencontre et s'accepter fragiles



Se retrouver handicapé après un accident, cela n'arrive pas qu'aux autres. Comment vaincre la solitude quand on n'est plus "rentable" ? Dans les maisons de l'association Simon de Cyrène, handicapés et valides apprennent à vivre ensemble et à partager leurs fragilités. Une vraie force qui rend "intouchable" !




Handicap : des maisons pour oser la rencontre et s'accepter fragiles
Avez-vous vu le film Intouchables qui raconte l'histoire d'une amitié improbable entre un homme d'affaires devenu paraplégique et son auxiliaire de vie issu d'une banlieue ? Non seulement il s'inspirait d'une histoire vraie, mais il ouvrait un chemin pour d'autres. Car chaque année en France, les Samu sauvent d'un accident grave 40 000 personnes qui restent handicapées.

"La grande question qu'ils nous posent, c'est "pourquoi m'as-tu sauvé", quel est le sens de ma vie maintenant ?", explique l'entrepreneur social Laurent de Cherisey. Lui s'est laissé interpellé par cette souffrance et a voulu apporter une réponse inspirée des "Intouchables" : "Ta vie trouve du sens si tu oses la rencontre gratuite à l'autre", dit-il.

Des maisons partagées un peu partout en France

Concrètement, il a fondé l'association Simon de Cyrène, qui construit des "maisons partagées" où peuvent se vivre ces rencontres gratuites : chaque résident y a son appartement, mais comme dans une colocation solidaire, il y a des lieux de vie commune où l'on partage les repas, les soirées, les discussions, et cela - c'est le secret - entre handicapés et valides.

En cela l'association ne résout pas seulement un problème pratique en proposant des logements adaptés aux personnes à mobilité réduite : sous le même toit, on noue de vraies relations, la solitude s'éloigne et aussi la peur du regard de l'autre.

Quelques salariés veillent à la tenue de la maison, mais il y a aussi des bénévoles et des jeunes en service civique qui apportent une présence et une animation pour vivre ce partage.

La vie dans la première "maison partagée" à Vanves

Au fil des ans, plusieurs maisons partagées ont ouvert leurs portes en France : à Angers, Dijon, Rungis... Trois autres associations locales ont aussi des projets de construction de maison à Nantes, Lyon ou Paris. En attendant de vivre ensemble, elles organisent déjà des rencontres mensuelles ou hebdomadaires, comme d'ailleurs à Marseille, Lille ou Bordeaux.

La vie dans la maison d'Angers 

A Angers, 5 personnes valides et 6 personnes handicapées vivent sous le même toi.


L'appel des Intouchables en faveur d'une société plus fraternelle

C'est pour permettre à Simon de Cyrène d'ouvrir encore plus de maisons que l'association a lancé fin 2016 "L'Appel des intouchables".

Objectif : faire connaître l'association, récolter des dons mais aussi le plus grand nombre de signatures pour interpeller les politiques en faveur d'une société plus solidaire.

"Près d'un français sur deux est confronté à une étape de vie qui peut le rendre fragile, «intouchable».dit le texte de l'appel. Une fragilité qui isole dans une société qui demande d'être fort, efficace et rentable. Aujourd'hui, nous invitons chaque citoyen à nous rejoindre pour développer ensemble une société fraternelle, forte de la place qu'elle donne aux plus fragiles".

Sur un plateau télé, Laurent de Cherisey lance son appel :


Nous sommes tous 'intouchables', car tous fragiles

Comme l'explique Laurent de Cherisey, l'expérience des maisons partagées Simon de Cyrène souligne ce paradoxe : "les personnes handicapées font aussi du bien aux valides !

Les relations nouées avec elles permettent en effet de goûter des valeurs plus essentielles."Ce qui me surprend le plus, c'est que ce sont sont les résidents qui me donnent envie de continuer, témoigne Annie, qui a fait un service civique dans une "maison partagée". Je me sens bien avec eux. J'aime nos relations de partage, je me sens aussi souvent écoutée que je les écoute."

Dans ce climat apaisé où l'on n'a pas peur de montrer sa fragilité, même le valide peut en effet reconnaître qu'il a aussi besoin de relation. "La personne handicapée, elle me dit "J'ai besoin de toi", et cela, ça fait du bien !", conclut Laurent de Cherisey.

Pour aller plus loin

- le site www.simondecyrene.org/

Philippe Pozzo di Borgo, l'homme d'affaires victime d'un accident de parapente dont l'histoire a inspiré le film "Intouchables" a écrit Le second souffle.

- Pour tirer les leçons du succès du film, Laurent de Cherisey, Philippe Pozzo di Borgo et Jean Vanier (fondateur des foyers de l'Arche pour les personnes touchées par un handicap mental) ont aussi écrit un livre-manifeste : "Tous intouchables".



Lundi 5 Décembre 2016

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Témoignages | Initiatives | Coin philo | Portrait | Citations | Spiritualité





Vos articles préférés !




S'abonner à la newsletter gratuite