Faut-il choisir un métier qui paye bien ?



Certains se fichent d'être bien payés, d'autres recherchent d'abord un bon salaire. Faut-il penser à l'argent pour bâtir son projet professionnel ? Réponses d'Yvon Savi, cadre dans la banque et responsable des parcours d'éducation à l'argent Startéo pour les jeunes.




Faut-il prendre en compte le salaire quand on choisit ses études ou son secteur d'activité ?

Faut-il choisir un métier qui paye bien ?
C'est à prendre à compte, mais pas n'importe comment. La chose la plus importante pour bâtir son projet au départ est de choisir d'abord un type d'activité qui corresponde à votre profil et à vos motivations.

Si votre seul objectif est de gagner beaucoup d'argent et que vous ne tenez pas compte de votre personnalité, c'est l'échec assuré : vous allez vers l'ennui (voire la déprime), l'échec professionnel par risque d'incompétence, la mauvaise intégration dans l'entreprise car une entreprise est aussi un projet humain qu'il faut partager.

Il faut donc tenir les deux bouts : choisir un travail qui plaît, et qui assure un salaire correct ?

Faut-il choisir un métier qui paye bien ?
Oui, si l'on choisit un travail qui est assez en phase avec sa personnalité, il est important de pouvoir en tirer un salaire juste et valorisant. Comme le disait un auteur anglais, "le salaire, c'est comme une paire de chaussures : si c'est trop grand, on trébuche, si c'est trop petit, on est comprimé".  Le salaire "juste", c'est celui qui rémunère à la fois l'effort, le risque, la pénibilité, le temps passé, la compétence et les résultats.

D'autre part, l'être humain a besoin de reconnaissance et d'une certaine façon, votre travail est reconnu par votre niveau de salaire. Mais attention, le salaire n'est pas non plus la seule forme de reconnaissance : on peut être valorisé parce qu'on a des responsabilités, une mission intéressante, qu'on reçoit des encouragements de ses supérieurs, ou  qu'on se sent utile.

Justement, qu'en est-il des métiers du social ou de l'enseignement, qui sont moins payés que d'autres ?

Ce sont des métiers de service, qui offrent en effet d'autres gratifications que le salaire : la satisfaction d'aider les autres, d'avoir une vie relationnelle riche, d'aider des enfants à progresser... Il faut donc être motivé par le service des autres, et si c'est le cas, vous serez très heureux dans ce type de métiers qui offrent beaucoup d'emplois.

D'autre part, vous pouvez aussi bénéficier d'autres avantages matériels que le salaire, comme la sécurité de l'emploi pour les fonctionnaires, ou le fait d'avoir plus de congés pour les enseignants, ce qui peut permettre de concilier plus facilement vie professionnelle et vie familiale. Mais de même qu'il ne faut pas choisir certains métiers uniquement pour le salaire, ne choisissez pas d'être enseignant uniquement pour les vacances scolaires !


Et les filières artistiques : vaut-il mieux ''manger des patates'' et faire ce que l'on aime ou y renoncer ?

Faut-il choisir un métier qui paye bien ?
Là, nous conseillons d'être très prudents car ce sont des métiers et des filières pour lesquels il y a peu de véritables emplois. Or, on ne choisit pas non plus de travailler uniquement par auto-satisfaction. Il ne suffit pas de trouver une activité plaisante ou passionnante, encore faut-il pouvoir en vivre !

Lors des parcours Startéo avec les jeunes, nous insistons beaucoup là-dessus en leur faisant découvrir que l'un des buts du travail, c'est de pouvoir être indépendant. Devenir adulte, c'est gagner les moyens de son indépendance. Il faut donc se confronter assez vite à la réalité et se demander si les activités envisagées offriront un salaire qui permettra d'être indépendant (par exemple de louer un appartement), et  même, de faire vivre une famille, car il faut rapidement anticiper et ne pas raisonner qu'en terme individuel. C'est toujours un choc par exemple de devoir payer ses premiers impôts !
Si votre passion n'offre pas de débouchés professionnels, vous pouvez tout à fait la pratiquer dans vos loisirs et trouver une autre orientation professionnelle toujours en phase avec sa personnalité, mais plus réaliste par rapport à l'économie réelle.

Faut-il se renseigner sur les salaires avant de choisir un secteur ?

Faut-il choisir un métier qui paye bien ?
Il faut le faire pour se donner une idée. Regardez le niveau des salaires à la sortie d'une école et après 5 ans d'expérience. Mais là encore, ne choisissez pas vos spécialisations ou votre école uniquement en fonction de cela.
Celui qui choisit une activité avec laquelle il est en phase va être plus heureux, plus entreprenant, et probablement plus créatif que celui qui ne recherche que la forte rémunération. C'est une des clés du bonheur professionnel, et même du succès, et il ne faut pas hésiter à se réorienter pour le trouver. Cela voudra dire parfois qu'il faudra renoncer à une certaine sécurité, et  travailler son employabilité.

Que veut dire travailler son employabilité ?

D'abord, tant que l'on est dans le système scolaire, il faut en profiter pour acquérir une formation minimum et apprendre à apprendre. Certains sortent du système scolaire trop tôt parce qu'ils veulent gagner de l'argent très vite, mais ils manquent tellement de compétences qu'ils se retrouvent sans progression possible ou même sans travail et en difficulté financière.
Ceux qui poursuivent des études longues, eux, ont tout intérêt à les accompagner de nombreux stages pratiques. A diplôme égal, dans la banque par exemple, ce sont les stages et la façon dont on sait en parler qui font la différence entre deux diplômés d'écoles de commerce.
Et ensuite, il ne faut pas hésiter à reprendre une formation ou à changer de secteur, car le monde et la vie économique aujourd'hui évoluent très vite : les métiers de demain ne sont pas encore inventés aujourd'hui, et on ne fera plus la même chose toute sa vie comme à l'époque de nos parents ou grands-parents.

Peut-on négocier son premier salaire en entretien d'embauche ?

Faut-il choisir un métier qui paye bien ?
C'est important de s'informer sur les pratiques et les  habitudes du secteur d'activité et de l'entreprise. Quant à négocier, cela dépend des circonstances et des caractères. Ne soyez pas trop prétentieux au départ. Réservez-vous plutôt pour le bilan au bout de votre première année. Vous serez alors plus à l'aise, vous aurez  fait vos preuves et vous connaitrez mieux l'entreprise et ses dirigeants, ce qui vous permettra de trouver les bons arguments.

Contact : contact@starteo.org

A lire également :
Quelle place pour l'argent dans ma vie ?



Qu'en pensez-vous ?

1.Posté par yao le 17/04/2010 16:14
je voudrais bien m'orienter dans un domaine qui me permettra d'etre à l'aise mais je ne sais pas .Donc je vous demande de m'aider à choisir.

2.Posté par Frantz le 04/05/2010 19:11
très bel article, je passe mon entretien demain! j'espère bien y parvenir!

3.Posté par Paul G le 07/06/2012 12:05
Je trouve votre article très intéressant.
Actuellement en "pause professionnelle" après 14 ans de bons et loyaux services dans des fonctions de développement des ventes et de la performance commerciale, je suis confronté à cette question...
Je pense que comme vous le dites très bien, il est important de chercher l'équilibre entre l'intérêt d'une fonction et sa rémunération. On peut gagner beaucoup d'argent dans un poste qui ne vous éclate pas et au bout de quelques années, finalement, le quitter pour trouver sa voie.
C'est une remise en cause assez longue et intéressante qui nécessite de bien prendre en compte ses motivations dans le travail car on y consacre une grande partie de sa vie ! De plus, on se rend vite compte que sur le long terme le salaire ne peut pas être la seule et unique motivation ni souvent une source d'épanouissement professionnel.

4.Posté par Yvon le 24/06/2012 19:01
Merci Paul de votre commentaire, qui éclaire l'aspect difficile de cette remise en cause : cette réflexion de la juste place de l'argent est un défi permanent, souvent à contre-temps de certains courants actuels sur l'efficacité, la productivité et l'utilitarisme du travail (même pour moi d'ailleurs). Mais se poser la question est déjà un pas sur le chemin d'un meilleur équilibre de vie. Et pour reprendre un mot du commentaire précédent de Frantz, il faut y mettre l'espérance. Chaque individu a les capacités de trouver son épanouissement avec le bon chemin, la vérité et la vie.

5.Posté par Leila le 03/03/2014 21:30
Ça me fait bien rire le passage du social, la "satisfaction du bien être de l'autre" c'est l'excuse facile pour ne pas payer plus les personnes qui tous les jours souffrent des situations auxquelles elles sont confrontées, une personne pour aider les autres a besoin d'être bien elle-même en priorité pour faire du bon travail et mine de rien une bonne situation aide malgré que "l'argent ne fait pas le bonheur". C'est degueulasse que ce soit toujours les gens gentils qu'on prend pour des truffes, parce qu'ils ne disent rien, il est tant que ça change !

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Cerner son profil | Bâtir son projet pro | Métiers qui recrutent | Métiers à découvrir | Métiers passion | Expériences de jeunes pros | Sans formation ?







S'abonner à la newsletter gratuite












Guides à télécharger