Europ'emploi : un guide pour travailler dans l'Union européenne


Comment s'y prendre pour aller travailler en Grande Bretagne, aux Pays-Bas ou dans les pays baltes ? Réalisé par des jeunes, le guide Europ'Emploi passe en revue 25 pays de l'UE.




Europ'emploi : un projet pour promouvoir l'Europe auprès des jeunes

Europ'emploi : un guide pour travailler dans l'Union européenne
Le guide a été rédigé par une dizaine de jeunes demandeurs d'emploi de la Mission locale Sud Vendée (Vous pouvez le télécharger sur le site cette mission locale. Ce projet avait en effet été retenu et financé en 2007 par la Fondation Dexia Crédit Local, qui soutient des "initatives d'insertion citoyenne".
Ce guide du travail en Union européenne vous donne, pays par pays, toutes les informations pratiques pour aller y travailler de façon permanente ou temporaire. D'après les traités, "tout citoyen d'un pays de l'Union européenne a le droit de se rendre dans n'importe quel Etat de l'UE pour y travailler." Voilà pour la théorie. Dans la pratique, il n'est pas toujours simple de savoir quelles sont les démarches à accomplir, les papiers à emporter, les pays et surtout les secteurs dans lesquels de jeunes Français ont des chances de trouver un emploi.
Le guide Europ'emploi a donc mené l'enquête et vous donne pour chaque pays : quelques rappels de base sur sa situation géographique, économique et politique, des infos à connaître pour se déplacer, se soigner, se loger (par exemple sur les prix, les types de logement possibles), la façon de trouver un emploi (avec les adresses de tous les lieux, sites, agences à contacter), les secteurs économiques porteurs, les conditions de travail (contrats, horaires, congés, rémunérations) et toutes les adresses utiles pour obtenir plus d'informations.

Travail dans l'UE : les papiers à emporter et les démarches à faire

Europ'emploi : un guide pour travailler dans l'Union européenne
Une bonne préparation est en effet nécessaire. Europ'emploi rappelle qu'il est possible de résider 3 à 6 mois (selon les pays) sans formalités spécifiques, et plus de 6 mois avec une carte de séjour.
Avant de partir, vous devez vous procurer quelques papiers importants :
- le formulaire E303 à l'ANPE (si vous êtes demandeur d'emploi), pour que votre allocation chômage soit maintenue durant 3 mois.
- la carte européenne d'assurance maladie, à demander à votre Caisse de Sécurité sociale pour conserver vos droits aux prestations sociales.
Vous devez aussi penser à emporter votre carnet de vaccination, votre permis de conduire et bien sûr, si vous avez une voiture, la carte grise et l'assurance, votre carte d'identité ou passeport, les coordonnées d'une personne à prévenir dans votre pays d'origine, et une autorisation parentale pour les moins de 18 ans.b[

Dans quels pays partir ?

Europ'emploi : un guide pour travailler dans l'Union européenne
La langue est évidemment un élément déterminant : difficile d'aller décrocher un job si vous n'arrivez pas à vous faire comprendre.
Le Royaume-Uni et l'Irlande présentent donc un double avantage : vous savez sans doute déjà vous débrouiller un peu en anglais. Et si vous restez travailler plusieurs mois voire plusieurs années, vous acquerrez la maîtrise d'une langue quasiment indispensable. D'autre part, les possibilités d'emploi sont vastes, en Irlande comme au Royaume-Uni grâce à la
croissance économique. Les nouvelles technologies de l'information et les technologies de pointe (électronique, ingénierie, informatique, télécommunication) recrutent des ingénieurs, techniciens, informaticiens et tout jeune débrouillard de niveau bac avec un bon niveau d'anglais. Si vous n'avez pas de qualification, vous pouvez vous tourner vers l'hôtellerie et le tourisme qui sont en plein boom : vous trouverez facilement un emploi saisonnier et cela dans la journée !
Si vous parlez Allemand, vous pouvez aussi trouver des opportunités en Allemagne, en particulier en Bavière, l'un des länder les plus dynamiques, et dans les technologies de l'information. On recherche aussi des secrétaires bilingues, voire trilingues.
Dans certains pays, si vous ne parlez pas la langue, vous pouvez néanmoins trouver du travail saisonnier dans des secteurs qui manquent de main d'oeuvre comme l'agriculture et l'industrie forestière en l'Autriche, l'horticulture aux les Pays-Bas. Aux Pays-Bas aussi, les centres d'appels recherchent des personnes de langue maternelle française via une agence d'intérim géante, Randstad.
Enfin, de nombreuses entreprises françaises viennent de s'installer en Pologne, nouveau pays de l'UE, en plein boom pour rattraper son retard : Vivendi, Air Liquide, Bouygues, Le Crédit Lyonnais, Auchan, Lafarge... On recherche donc des techniciens et des ingénieurs dans de nombreux secteurs (informatique, bâtiment, mécanique, hydraulique). Les profils "culturels" de traducteurs ou rédacteurs sont aussi recherchés pour favoriser les liens entre la Pologne et l'Union européenne. Si vous pratiquez l'anglais ou l'allemand et le français, vous pouvez donc vous lancer en Pologne.
Le guide Europ'emploi fournit encore bien d'autres informations précieuses : on y apprend ainsi qu'il est incroyablement facile de créer une entreprise en Estonie et en Lituanie, même si l'on est très jeune. Ou que la Grèce recherche des enseignants de français, ou la Suède des personnes ne parlant pas suédois pour ses hôtels. Bravo aux dix jeunes Vendéens pour ce guide à faire connaître absolument.

Lundi 12 Février 2007

Qu'en pensez-vous ?

1.Posté par parfait le 15/03/2008 22:04
j'aimerais avoir plus de commentaires sur ces opportuintés de travail ou d'études à l'étranger

2.Posté par Reguig Abdel malek le 09/02/2009 19:24
je suis jeun algérienne de nationalité. j'ai 27 ans. j'ai un diplome d'ingénieur d'état en génie mécanique option énergétique en universté de mantouri constantine ... je recherche en emploi si possible en europe ...

Orientation | Méthodes de travail | Vie étudiante | Paroles d'étudiant | Partir à l'étranger







S'abonner à la newsletter gratuite




Guides à télécharger










Stagevoyage
Spécialistes des stages en entreprises et séjours linguistiques à l’étranger