Etudiants tristes ou déprimés, des pistes pour en sortir



Plus de 4 étudiants sur 10 ressentent un "mal-être" : stress, tristesse, découragement, apathie... Les enquêtes permettent de mieux comprendre les causes de ce blues. Un premier pas pour trouver des chemins qui permettent d'en sortir.




Etudiants tristes ou déprimés, des pistes pour en sortir
Plus de quatre étudiants sur dix (37%) et une étudiante sur deux (46%) sont en état de "mal-être" ! C'est ce qu'a révélé la 4ème enquête santé réalisée par la LMDE, la mutuelle étudiante, en 2014 et publiée en 2015. Des résultats très sérieux qui prennent en compte cinq critères : la nervosité, le découragement, le calme, la tristesse, le bonheur.

Un petit "blues" bien ficelé auquel il faut ajouter le manque de confiance dans l'avenir  : selon la même enquête, un étudiant sur quatre déclare n'avoir confiance ni en ses chances d'insertion professionnelle, ni en l’avenir en général.

Ni déni, ni dramatisation

Alors, faut-il s'inquiéter docteur ? Oui et non.

Il faut prendre au sérieux ce malaise et ne pas être dans le déni. On dit trop souvent "qu'un coup de blues" est vite passé, et qu'il n'y a qu'à se divertir pour aller mieux (au fait, tu vas à la soirée samedi ?)

En réalité, si vous ressentez ce mal-être à des degrés divers, mieux vaut ne pas faire l'autruche. D'abord parce que ce blues peut cacher une dépression plus profonde. Certes, cela ne concerne qu'un petit nombre de jeunes. Mais mieux vaut se faire aider à temps plutôt que de s'enfoncer ou de compenser par des comportements à risque (addictions, gestes suicidaires, alcoolisation)... Parlez-en tout simplement à votre médecin, il saura vous rassurer ou vous aider de façon adaptée.

Ensuite, cela vaut le coup de mieux comprendre ces "coups de blues", tout simplement pour mieux se connaître. Il ne s'agit pas de dramatiser (et d'augmenter votre stress !) mais de repérer ce qui vous stresse, vous attriste ou vous fait peur : la vie étudiante débute à la fin de l'adolescence, un temps de transformation qui peut être douloureux. Mieux le comprendre, c'est déjà trouver les chemins qui permettent d'en sortir.

Alors, ce mal-être, il vient d'où ?

Une précédente enquête de l'Union nationale des sociétés étudiantes mutualistes régionales (USEM) réalisée sur 14000 étudiants de 22 ans détectait plusieurs causes :

- 35,2% des étudiants interrogés s'étaient sentis "seul ou trop isolé" pendant une période de plus de 2 semaines au cours des 12 derniers mois.

- 36,2% géraient mal leur stress.

- 8,4% n'étaient pas satisfaits de leur choix d'études.

- 19,9% déclaraient que leur formation ne répondait pas à leurs attentes.

- 29,2% se considéraient en difficultés financières.

Beaucoup d'étudiants (et plus encore d'étudiantes) souffrent donc d'un mélange d'angoisse et de blues en particulier face à la question de l'avenir et de la réussite : peur de rater ses examens bien sûr, mais plus profondément, peur de ne pas trouver sa voie, de ne pas être heureux, de ne pas s'en sortir financièrement ou s'en sortir tout court.

L'isolement accentue certainement tout cela : le fait de se retrouver loin de sa famille ou de ses amis insécurise et accentue le sentiment d'être seul dans un monde hostile où l'on n'a pas encore fait son trou.

Et maintenant, voyons les chemins à emprunter pour parcourir ce passage délicat.

Créez des liens qui vous font du bien

Etudiants tristes ou déprimés, des pistes pour en sortir
La vie étudiante va souvent de pair avec l'arrivée dans une nouvelle ville, ou un nouveau cadre d'études... Beaucoup perdent d'un coup le soutien familial mais aussi tous leurs amis d'enfance et d'adolescence, un vrai choc !

Il y a donc tout un travail d'ouverture à faire pour renouer autour de vous ces liens humains dont nous avons si cruellement besoin. Cherchez des amis oui, mais pas n'importe quels amis. De quoi avez-vous besoin ? D'échanger, de vous livrer en profondeur, d'être en confiance, de ne pas jugé et jaugé, d'être apprécié et respecté...

Privilégiez la qualité à la quantité : mieux vaut avoir deux-trois amis avec qui vous pouvez travailler et parler en profondeur que des dizaines de relations sur les réseaux sociaux. Si vous êtes réservé(e), engagez-vous dans un projet étudiant ou une activité qui rejoint un de vos centres d'intérêt :  vous y rencontrerez des étudiants qui ont les mêmes passions ou les mêmes valeurs.

Surtout, fuyez les groupes ou les personnes qui vous mettent mal à l'aise et entretenez les liens qui vous font du bien ! Qui peut me témoigner de l'affection ? Pensez par exemple à revoir régulièrement vos grands amis d'enfance, et programmez des temps de qualité pour retrouver votre famille, vous en avez toujours besoin.


Apprenez à vous connaître, répondez à LA question : "Qui suis-je ?"

La période de la vie étudiante n'est pas seulement le moment où vous vous formez pour exercer un métier. C'est aussi la fin de l'adolescence, et le passage vers la vie adulte... L'homme ou la femme qui est en vous pointe son nez, votre personnalité doit commencer à se déployer, voilà le véritable enjeu.

Or souvent, jusqu'au bac, nous suivons les "rails" tracés par notre famille, nos profs, notre entourage. Quand ils deviennent étudiants, certains ont alors du mal à se prendre en main, à faire leurs choix. Ils sont stressés et paniqués, car incapables de répondre à LA question : Au fait, qui suis-je ?!
 
Plus vous avancerez dans la connaissance de vous-même, et plus vous serez confiant et heureux de vivre malgré les embûches

C'est la questions essentielle qu'il faut se poser et se reposer... C'est en apprenant à vous connaître que vous allez repérer ce qui vous convient, découvrir vos talents, (re)prendre confiance en vous, vous dégager de l'influence des autres, etc. Plus vous avancerez dans la connaissance de vous-même, et plus vous serez confiant et heureux de vivre malgré les embûches du chemin.

Connaissance de soi mode d'emploi

Pour apprendre à vous connaître, vous pouvez faire des tests ou demander à vos proches quelles sont les qualités qu'ils apprécient chez vous. Mais vous pouvez aussi analyser vous-même vos traits de caractères, vos centres d'intérêt, votre forme d'intelligence. Dans toutes vos activités (loisirs, vie relationnelle, éudes, projets) soyez attentif à ce qui vous permet de vous révéler. Les activités de groupe sont aussi très précieuses pour se découvrir soi-même, notamment dans notre relation aux autres.

Le site reussirmavie consacre de nombreux articles à la connaissance de soi :
- L'article Découvrir ma personnalité en 4 questions sur le test MBTI
- La rubrique Projet professionnel / Cerner son profil
- Des tests de connaissance de soi à faire en ligne en partenariat avec Central Test

Donnez du sens à votre vie

Vous commencez à mieux vous connaître, il faut en tenir compte en formant des projets qui vous correspondent et qui vous motivent. Nous avons tous besoin de trouver du sens à ce que nous faisons, notamment de donner du sens à notre travail, surtout les étudiants qui s'engagent dans des années de formation parfois difficile. Et tout ça pour quoi ?

Sans remettre en question vos choix d'orientation tous les matins, creusez vos motivations, revenez à la source, cherchez ce qui vous fait vivre ! On vous dit souvent comment réussir, mais demandez-vous "pour quoi", dans quel but ! Pour apporter votre pierre à un secteur qui vous passionne, rendre service à des personnes en difficulté, éduquer, créer, être médiateur, fabriquer de beaux objets, transmettre ? Plus vos finalités sont précises et profondes, plus vous aurez de goût à vivre, à bâtir des projets et à avancer dans la vie.

C'est le cas par exemple des jeunes qui créent des entreprises dans les cités, à la fois pour exprimer leurs talents mais aussi créer des emplois.

Prenez soin de vous, respectez-vous

Etudiants tristes ou déprimés, des pistes pour en sortir
Vous n'êtes pas non plus un pur esprit ! La vie étudiante vous offre beaucoup de liberté mais comporte aussi beaucoup d'exigences à concilier : travail personnel, études, loisirs, courses à faire, jobs, sollicitations des amis...

Il faut apprendre à gérer son temps en redonnant à chaque chose sa vraie place, celle qui est nécessaire à votre équilibre. Et pour commencer, le sommeil ! De plus en plus d'étudiants souffrent ainsi de désordres du sommeil (difficultés d'endormissement, sommeil fractionné, fatigue intense) parce qu'il ne dorment pas assez chaque jour. Tout ceci alimente le stress et vous enferme dans un cercle vicieux.

Pour retrouver la forme, adoptez une meilleure hygiène de vie : sommeil, repas équilibrés, exercices physiques... et vous vous sentirez déjà moins stressés, plus confiant et plus efficace pour aborder vos études.

Enfin, le sujet qui fâche : dans l'enquête santé 2014 de la LMDE, 54% des étudiants déclarent une "alcoolisation ponctuelle importante" (6 verres ou plus en une même occasion) au cours de l'année écoulée, dont 33% au cours du dernier mois. Or l'ivresse ou la sensation de planer pourront vous faire oublier votre tristesse un soir, mais ne vous aideront pas à mieux vivre le réel de votre vie, au contraire cela risque de vous entraîner dans une véritable addiction.

Là encore, il faut entrer dans une gestion responsable de votre vie : devenir vraiment adulte, vous aimer, vous respecter, et vous donner les moyens d'avancer vite vers les grands horizons qui vous attendent.


Lundi 12 Octobre 2015

Psycho | Corps et sexualité | Amour | Couple | Un bébé ? | Addictions






S'abonner à la newsletter gratuite