Etudiants étrangers : la France veut mieux les accueillir


Tags : université

Les ministres de l'Intérieur et de l'Enseignement supérieur ont annoncé le 16 avril 2013 des mesures pour mieux accueillir les étudiants étrangers en France. Ils veulent leur simplifier la vie, notamment grâce à un titre de séjour pluriannuel et un guichet unique pour leurs démarches.





Geneviève Fioraso et Manuel Valls à la Cité internationale.
Geneviève Fioraso et Manuel Valls à la Cité internationale.
La France semble vouloir se rattraper après l'épisode de la circulaire très contestée prise par le précédent ministre de l'Intérieur Claude Guéant qui limitait l'accès à l'emploi en France des diplômés étrangers.

De fait, le pays est passé de la quatrième à la cinquième place des pays en nombre d'étudiants étrangers accueillis, et il est dans une "position fragile", a prévenu Geneviève Fioraso, lors d'un déplacement à la Cité internationale universitaire de Paris.

Car "pour compter dans le monde de demain, la France doit savoir attirer les meilleurs étudiants, les meilleurs chercheurs, les meilleurs scientifiques, il en va de notre compétitivité", a appuyé Manuel Valls. La ministre de l'Enseignement supérieur, elle, a signalé que les pays d'accueil faisaient des efforts pour les séduire : "le président Obama vient de lancer une politique d'attractivité scientifique ambitieuse. Les grands pays anglophones prennent des positions offensives dans les échanges internationaux. Nous ne devons pas rester à l'écart de ces dynamiques", a-t-elle martelé.

Un titre de séjour pour plusieurs années

Pour ce faire, les deux ministres ont annoncé une généralisation du titre de séjour pluriannuel, pour mieux coller à la durée des études.

En 2012, il y a eu environ 60.000 premiers titres de séjour étudiants délivrés. La plupart doivent être renouvelés tous les ans, ce qui impose aux étudiants concernés de longues attentes en préfecture, dans "des conditions parfois indignes", a reconnu Manuel Valls.

Le nouveau titre de séjour pluriannuel serait lui attribué pour la durée d'un cycle d'études : trois ans pour une licence, cinq ans pour un master. Une circulaire va prochainement préciser cela.

Dans le même esprit, "nous devons rapprocher les préfectures des universités, pour que le suivi des étudiants étrangers soit simplifié et mieux coordonné", a précisé Manuel Valls.
Mme Fioraso a prôné plus généralement "l'ouverture de guichets uniques au plus près des campus", un "endroit mutualisé" avec des renseignements sur le logement, l'accès à la santé et une permanence pour les renseignements administratifs.

Accès à l'emploi facilité pour les diplômés de master et de doctorat

Le gouvernement souhaite aussi faciliter l'insertion des meilleurs étudiants sur le marché du travail, qui avait été fortement restreinte par la circulaire dite Guéant, abrogée dès l'arrivée de la gauche au pouvoir. "On a fait sauter un verrou (...) mais ce n'est pas suffisant", a relevé Mme Fioraso.

"Il faudra clarifier dans la loi les règles" pour "permettre aux meilleurs étudiants étrangers" d' accéder "dans des conditions simplifiées à un emploi", a indiqué M. Valls, réservant les détails à un prochain débat au Parlement.

La facilitation concernerait les jeunes diplômés étrangers d'un master et d'un doctorat. L'idée serait d'allonger l'autorisation provisoire de séjour accordée pour les études.

"Je souhaite également que nous puissions avancer pour donner aux étrangers ayant soutenu un doctorat en France une forme de visa permanent pour visiter à nouveau notre pays chaque fois que de besoin" a déclaré Genevière Fioraso.

En 2012, il y avait près de 290.000 étudiants étrangers, représentant 12,3% de la population étudiante en France. Leur proportion, augmente avec le niveau d'études, pour atteindre 41% des doctorants

Davantage de liens avec l'Afrique et l'Asie

La ministre de l'Enseignement supérieur a aussi indiqué qu'elle voulait renforcer les politiques d'internationalisation des universités : "La France n'est pas qu'une terre d'accueil, elle doit aussi savoir envoyer ses étudiants dans les universités des pays émergents, notamment en Asie". L'implantation d'antennes des universités et écoles françaises dans les pays d'Afrique et du Maghreb va être encouragée.

Enfin Geneviève Fioraso a dit vouloir diversifier l'origine géographique des étudiants étrangers accueillis en France "Nous devons nous tourner vers les pays émergents, les BRICs. Mais nous devons également renforcer nos liens avec l'Afrique, où notre enseignement supérieur demeure attractif, car c'est aussi dans les échanges avec ce continent, où la Chine est déjà très présente, que se joue une partie du développement économique de l'Europe", a-t-elle déclaré.


Mercredi 17 Avril 2013
la rédaction

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Métiers | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Pub vidéo | liens | Club Réussir ma Vie



S'abonner à la newsletter gratuite



Guides à télécharger



Vos articles préférés !