En visite en France, le Dalaï Lama prône une éthique au-delà des religions



Le 14e Dalaï Lama, chef spirituel des bouddhistes tibétains, est en France du 12 au 18 septembre 2016. A Paris puis à Strasbourg, il doit rencontrer des avocats, des responsables religieux, des scientifiques, et s'adressera à la jeunesse européenne avant une conférence publique sur le thème "Pour une éthique au-delà des religions".





Le 14ème Dalaï Lama. Crédit Photo : wikimédia
Le 14ème Dalaï Lama. Crédit Photo : wikimédia
Il ne s'était pas rendu dans l'Hexagone depuis août 2011. Cinq ans plus tard, le chef spirituel des Tibétains, Prix Nobel de la paix en 1989, revient en France, pour six jours de rencontres et de conférences, du 12 au 18 septembre, à Paris et Strasbourg. Ce sont des institutions bouddhistes, toutes rattachées au bouddhisme tibétain, qui l'ont invité. 

Depuis qu'il a renoncé en mars 2011 à ses responsabilités politiques (de chef de l'Etat tibétain), le Dalaï Lama voyage sur les cinq continents pour diffuser les valeurs du bouddhisme, prôner l'harmonie entre les religions, et préserver l'héritage culturel, spirituel et linguistique du Tibet.  

En ces temps de tensions religieuses, son discours sur la tolérance, l'empathie, l'analyse de la souffrance et l'évidence de l'amour et de la paix est encore plus attendu. "Je ne désire par convertir les autres au bouddhisme, mais faire part de la façon dont nous, bouddhistes, pouvons apporter notre contribution à l’humanité, selon notre conception du monde", dit-il.

A Paris, des rencontres avec les avocats, les responsables religieux

A Paris, le mardi 13 septembre, le Dalaï lama rencontre d'abord les avocats du Barreau de Paris. Il vient en effet d'écrire un livre intitulé "Nouvelle Réalité - L'âge de la responsabilité universelle" (éd. Les Arènes, 2016 ) qui traite de l'importance d'agir pour protéger l'environnement. Il engagera un dialogue avec les avocats porteurs de textes juridiques internationaux pouvant aider à la transition énergétique.

Le mercredi 14 septembre, il rencontre les responsables et représentants des grandes religions en France : le grand rabbin de France, l'archevêque de Paris, le président du Conseil français du culte musulman, un pasteur protestant... Une rencontre au collège des Bernardins, haut-lieu parisien du dialogue entre les religions.

Puis le Dalaï-lama rencontrera des étudiants de l'Inalco, Institut national des langues et civilisations orientales ("Langues O"), un établissements où l'on enseigne une centaine de langues et civilisations du monde et notamment... le tibétain depuis 1842. La section de tibétain accueille aujourd'hui environ 40 étudiants, de la licence au doctorat.

A Strasbourg, face aux jeunes européens et aux scientifiques

Puis le Dalaï-lama doit partir pour Strasbourg où il déjeûnera avec les représentants des institutions européennes. C'est de cette ville qu'il a choisi d'adresser un message à la jeunesse européenne dans l'auditorium Erasme du Palais de la Musique et des Congrès en présence de très nombreux lycéens et de quelques collégiens strasbourgeois. Les jeunes Strasbourgeois pourront en retour lui poser une série de questions. Cette conférence est par ailleurs ouverte au grand public (inscription obligatoire sur le site de la Ville de Strasbourg).

Ensuite le Dalaï Lama participera à une journée de discussions scientifiques dans une université sur l'un des thèmes qui passionnent les scientifiques en ce moment : les liens entre les neurosciences et la méditation. Comment la méditation influe-t-elle sur notre capacité d'action ? Quels liens entre corps et esprit ?

Puis ce sera le "clou" de la visite du leader spirituel avec le samedi 17 un enseignement sur un texte bouddhiste, "Le commentaire de l'Esprit d'Eveil", et le dimanche 18 une conférence publique sur un thème passionnant : "Pour une éthique au-delà des religions". Le Dalaï Lama est en effet convaincu que des valeurs comme la compassion et la patience sont la véritable source du bonheur et qu'elles ne viennent pas nécessairement d'une foi ou d'une pratique religieuse. Pour lui, chaque être humain porte en lui un potentiel de compassion et de non-violence.

Qui est le dalaï-lama ?

Né le 6 juillet 1935 dans le petit village de Taktser près de Koumboum au nord-est du Tibet, Tenzin Gyatso est considéré et reconnu par les boudhistes comme étant la réincarnation du précédent Dalaï Lama. Il est considéré comme la manifestation terrestre de Tchenrézi, le bodhisattva de la compassion, comme l’ont été les incarnations de ses treize prédécesseurs.

A quatre ans, Tenzin Gyatso est intronisé à Lhassa, capitale du Tibet. A six ans, il est ordonné moine et reçoit une éducation de haut niveau qui le prépare à ses fonctions religieuses et à la direction du pays. "Dalaï" est un mot mongol signifiant océan et Lama désigne un maître spirituel. Les deux termes sont souvent traduits librement par "Océan de sagesse". Mais "Dalaï Lama" est avant tout un titre. Celui de chef spirituel, en sa qualité de figure religieuse la plus éminente du monde bouddhiste tibétain, et, jusqu’en 2011, de chef temporel du Tibet, c’est à dire de chef de l’Etat.

En 1950, lors de l’invasion du Tibet par la Chine, le peuple tibétain réclame la remise exceptionnelle des pleins pouvoirs à Tenzin Gyatso, alors adolescent. Très vite et malgré ses efforts, il comprend qu’une entente sera difficile mais refuse toute lutte armée. Durant neuf années le jeune Dalaï Lama cherche une solution pacifique à la crise. Il séjournera même à Pékin, où il rencontrera Mao Zédong. Mais la situation empire progressivement. En 1959, c’est dans un climat très tendu qu’il passe avec succès son doctorat d’études bouddhistes.

Les Chinois lui tendent alors un piège. Craignant pour la vie de son chef, le peuple tibétain se regroupe autour de son palais d’été. Les Chinois préparant une attaque contre la foule et un bombardement de la ville, le Dalaï Lama doit se résigner à fuir, espérant éviter ainsi un massacre... qui aura lieu malgré tout. Le 17 mars 1959, à minuit, le Dalaï Lama quitte le Tibet. Le pandit Nehru l’accueille chaleureusement en Inde et lui offre, ainsi qu’aux 80 000 Tibétains fuyant les persécutions, l’asile politique.

Aujourd’hui, lorsqu’il n’est pas en voyage pour dispenser des enseignements ou attirer l’attention du monde sur la question du Tibet, le Dalaï Lama réside à Dharamsala, petit village des Himalaya indiens, où siège également l’administration centrale tibétaine en exil.

En décembre 1989, il reçoit le prix Nobel de la paix en hommage à son combat pacifique, reconnu et salué par la communauté internationale. Le 29 mai 2011, il renonce à toute responsabilité politique : une nouvelle Charte constitutionnelle régissant le fonctionnement de l’administration tibétaine en exil est adoptée. Les pouvoirs administratifs et politiques sont transférés au chef du gouvernement, au Parlement ainsi qu’à la Cour suprême de Justice. En accord avec sa conviction profonde, le Dalaï Lama rejette la proposition de demeurer chef du gouvernement tibétain en exil, même à titre symbolique. 

La Défense des Droits de l'homme en question

Dans cette visite à orientation très spirituelle, le Dalaï Lama ne sera pas reçu par le président de la République française ou des membres du gouvernement. Une prudence sans doute très diplomatique quand on sait combien la Chine prend les moindres critiques liées à au non respect des droits de l'Homme. Une conférence prévue à Sciences Po Paris a aussi été annulée, quoique l'établissement démente toute  pression politique.

Certains s'en sont offusqués comme l'association Liberté au Tibet et le Mouvement pour une alternative non violente (MAN). Les deux mouvements rappellent que si le Dalaï Lama a renoncé à revendiquer l’indépendance du Tibet, il réclame une véritable autonomie et cherche toujours le dialogue avec Pékin pour aboutir à une solution, encourageant son peuple à une résistance non-violente.

"Nous nous étonnons que les autorités accueillantes ne manifestent pas plus de cette solidarité si importante pour un peuple humilié en permanence dans le silence international exigé, imposé par Pékin, indiquent ces organisations dans un communiqué. Nos sociétés, nos États, nos responsables politiques ont-ils abandonné la partie, reléguant les Droits de l'Homme au second plan derrière les compromissions, courbant l'échine devant cette puissance mondiale qui ne cesse d'afficher ses vues expansionnistes et son désir de conquêtes économiques et militaires ?"

"L'abandon de nos valeurs démocratiques pour la défense des droits les plus élémentaires est-elle actée, laissant la voie libre au nihilisme et à des puissants sans scrupules ?

Le Tibet, un pays toujours opprimé

Pendant ce temps, au Tibet, la répression se poursuit, Un nombre considérable de Tibétains sont morts ou portés disparus, des villages, des édifices culturels et cultuels ont été détruits, les plateaux militarisés, nucléarisés, les nombreuses ressources minières pillées, l'environnement est semble-t-il fortement dégradé.

Et près de 150 hommes et femmes identifiés, religieux ou laïques, souvent très jeunes, se sont ces dernières récentes années immolés par le feu jusqu'à la mort pour interpeller l'opinion publique internationale.

Pour en savoir plus sur la visite du Dalaï Lama en France :
www.dalailama-strasbourg2016.fr/


Samedi 24 Septembre 2016
la rédaction

Qu'en pensez-vous ?
Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Métiers | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Pub vidéo | liens | Club Réussir ma Vie



S'abonner à la newsletter gratuite



Guides à télécharger



Vos articles préférés !