Ecoles de commerce : l'ESC Clermont et Brest Business School vont retrouver le grade de master



L'ESC Clermont et Brest Business School vont retrouver le grade de master, après l'avis favorable de la Commission d'évaluation des formations et diplômes de gestion. Un soulagement pour les étudiants de ces écoles qui avaient perdu cette reconnaissance après l'explosion de France Business School (FBS).





Crédit : ESC Clermont
Crédit : ESC Clermont
A la rentrée scolaire 2013, une nouvelle école de commerce, France Business School, naissait de la fusion de quatre écoles régionales : l'ESC Amiens, l'ESC Clermont, Brest Business School et l'ESCEM Tours-Poitiers...

Mais l'aventure a tourné court puisqu'un an plus tard, FBS a été dissoute et que les quatre écoles ont repris leur autonomie.

Or au passage, le diplôme délivré par chaque école avait perdu le précieux visa et le grade de master délivrés par le ministère de l'Enseignement supérieur, FBS n'ayant pas eu le temps de les obtenir.

Les quatre écoles ont donc dû représenter leur dossier à la Commission d'évaluation des formations et diplômes de gestion (CEFDG) qui est chargée d'examiner la qualité de chaque formation mais aussi l'organisation des établissements. Son avis est en général toujours suivi par le ministère.

Visas et grade de master pour les deux ESC

Or, le 4 mars 2015, l'ESC Clermont et Brest Business School ont reçu un "avis favorable" de cette commission ministérielle.

Brest Business School va donc pouvoir à nouveau délivrer "un diplôme visé conférant grade de master du programme grande école (Bac+5)".

L'école brestoise va aussi obtenir le visa pour son bachelor en management international (bac+3), et pour son bachelor en développement commercial (bac+3) dispensé à Vannes.

De même, l'ESC Clermont a reçu un avis favorable à délivrer le diplôme visé conférant le grade de master pour son diplôme grande école (bac+5) et un avis favorable pour que son bachelor in international management soit visé.

Etudiants soulagés et grandes écoles sauvées

C'est bien sûr une bonne nouvelle pour les étudiants de ces écoles : pour ceux qui poursuivent le "programme grande école" de trois ans, c'est l'assurance d'obtenir finalement le niveau de diplôme pour lequel ils s'étaient déterminés au départ.

Pour les écoles elles-mêmes, cette reconnaissance est aussi stratégique car elle les replace à égalité avec les établissements proposant le même format d'études, sur un marché de la formation très concurrentiel. Perdre le grade de master aurait sans doute condamné à terme leur programme grande école. De même, pour les bachelors, qui ne sont pas des diplômes d'Etat : le visa est stratégique pour permettre aux étudiants de poursuivre des études dans le système français.
"Nous repartons de l'avant"

"Peu à peu, le Groupe ESC Clermont retrouve ses marques et ré-apprend à voler de ses propres ailes. C'est un nouveau tournant dans l'histoire de notre école, nous repartons de l'avant, va jusqu'à dire Françoise Roudier, directrice du Groupe ESC Clermont qui dispose par ailleurs de la précieuse accréditation internationale AACSB depuis 2005.

"Nous n'avons plus qu'à réintégrer la Conférence des grandes écoles", indique de son côté Damien Lecocq, responsable communication de Brest Business School.

Concours d'entrée 2015 : l'admissibilité à la BCE comme base

Pour 2015, les deux ESC n'ont toutefois pas obtenu leur réintégration dans la "banque commune d'épreuves" des concours destinés aux élèves des classes préparatoires aux grandes écoles qui voudraient intégrer leur cursus grande école.

France Business School ayant décidé de "casser les codes" et de ne plus passer par ces concours mais par sa propre procédure de recrutement (des "Talent Days"), les écoles sont revenues frapper à la porte des concours... mais l'entrée leur a été refusée tant que leur diplôme n'était pas encore visé. La chose étant faite pour Brest et Clermont, on peut penser qu'elles reprendront leur place dans la banque d'épreuves en 2016.

En attendant, en 2015, les écoles gardent leur propre concours (inscription sur leur site) : mais elles utiliseront les résultats de la banque commune d'épreuves pour admettre ou non les candidats à leur oraux.
Le sujet est sensible puisque c'est, entre autres motifs, le choix d'avoir exclu les concours du processus de recrutement de France Business School qui aurait fait fuir les candidats issus des classes prépas. "Nous avons sans doute été trop rapides, et aurions dû faire évoluer le dispositif plus progressivement", reconnaît Damien Lecocq.

Entre tradition et innovation, les écoles de commerce françaises ont sans doute à tracer leur route, en espérant qu'elle ne soit pas trop étroite.

L'ESCEM et l'ESC Amiens encore dans l'attente

Les deux autres écoles de commerce à retrouver leur indépendance après France Business School, L'ESCEM Tours-Poitiers et l'ESC Amiens, attendent toujours la décision de la Commission ministérielle évaluant les diplômes. 

Celle-ci leur aurait demandé de compléter leur dossier et l'on pourrait donc être fixé dans quelques jours.

Pour en savoir plus

Pour savoir quelles sont les formations des écoles de commerce visées par le ministère de l'Enseignement supérieur et celles qui ont le grade de master, vous pouvez consulter le site de la Commission d'évaluation des formations et diplômes de gestion.
www.cefdg.fr/


Vendredi 6 Mars 2015

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Métiers | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Pub vidéo | liens | Club Réussir ma Vie



S'abonner à la newsletter gratuite



Guides à télécharger



Vos articles préférés !