Du lycée à la fac, les nouvelles méthodes à acquérir



Les étudiants qui arrivent à la fac ont à s'adapter à trois grandes nouveautés : les cours magistraux en amphi, la relation aux enseignants qui se distend et les examens qui s’espacent. Une enseignante, auteur d'un blog sur le sujet, explique quelles méthodes mettre en place pour déjouer les pièges de l'enseignement supérieur.




1/ Les cours magistraux en amphi

Crédit : Service communication Lyon I / Eric Le Roux
Crédit : Service communication Lyon I / Eric Le Roux
Une grande majorité des étudiants reconnait après quelques semaines seulement ne pas du tout aimer les cours en amphi. Rester deux heures assis à écouter un prof parler n’a en effet rien de naturel.

Car si certains enseignants ont à cœur d’animer quelque peu la séance en projetant des films ou des diapos, en organisant des expériences au tableau ou en faisant preuve d’un grand talent d’orateur, il faut reconnaître que beaucoup également restent assis derrière leur bureau, se contentent de lire leurs notes ou leur Powerpoint et ne répondent à aucune question. Car faire cours à 250 personnes en même temps est également un exercice compliqué.

Les stratégies pour ne pas décrocher

La plus grande difficulté à surmonter pour les étudiants est alors de ne pas rester passif, à écouter et prendre des notes sans comprendre, en perdant progressivement leur concentration et leur intérêt…

Si vous assistez à des cours en amphi qui ne parviennent pas à vous maintenir en éveil, il va falloir que vous développiez quelques stratégies pour rester actif et attentif, et ainsi tirer vraiment parti de ces heures d’enseignement auxquelles vous devez assister "malgré tout". Je vous propose trois moyens principaux :

Les trois stratégies pour ne pas décrocher en cours magistral

2/ Des profs plus distants qu'au lycée

Beaucoup d’étudiants souffrent aussi de l'anonymat de l'université : les cours à 250, les TD où l’on n’est jamais avec les mêmes étudiants, les enseignants qui ne nous connaissent pas (et ne cherchent pas à nous connaître…).

Au lycée, la relation aux enseignants est étroite : un professeur principal suit votre parcours, vos parents sont tenus au courant de vos résultats (et de vos absences) chaque trimestre, les devoirs vous sont rendus personnellement, avec des appréciations qui vous aident à vous repérer et progresser, ou vous rappellent à l’ordre. Que vous ayez de bons résultats ou pas, les profs sont là pour vous le dire, réagir et vous demander des comptes.

Rien de tout cela à l’Université. En l’espace d’un été, les élèves devenus étudiants sont livrés à eux-mêmes. C’est à vous de vous prendre en charge. On ne vous prend plus par la main pour vous expliquer les modalités d’évaluation, la méthode de travail à adopter ou les efforts à fournir pour passer dans l’année supérieure.

Il existe souvent divers dispositifs d'aide aux étudiants, mais c'est à vous d'aller les chercher.

Fac : savoir se faire aider

3/ Les examens qui s’espacent

Le rythme d’apprentissage à l’Université est aussi très différent de celui du lycée. En schématisant tout de même un peu, on pourrait dire qu’au lycée, l’enseignant :
  • présente le contenu du cours,
  • répond aux questions des élèves,
  • propose et corrige quelques exercices d’application,
  • donne un exercice compliqué à faire à la maison,
  • corrige l’exercice en classe et aide les élèves qui en ont besoin à dépasser leurs difficultés de compréhension,
  • organise un contrôle qui demande aux élèves de bien maîtriser ce qui vient juste d’être appris.
Le rythme des évaluations est d’environ une toutes les trois à quatre semaines, ce qui permet à la majorité des élèves d’assimiler progressivement les informations. Et les exercices difficiles qui ont été traités et corrigés (en cours et au moment du contrôle) sont très proches de ceux qui "tombent" à l’examen du bac.

A l’Université, ce rythme change du tout au tout... Pour vous adapter il faut adopter un rythme de travail personnel extrêmement régulier tenant compte de l'alternance cours / TD : Fac : comment organiser son travail personnel


Du lycée à la fac, les nouvelles méthodes à acquérir
L'auteur de ce dossier, Hélène Weber, accompagne des élèves en école d'ingénieur dans leur adaptation à l'enseignement supérieur.
Dans son blog (Donnez du sens à vos études ), elle donne à tous les étudiants des méthodes complémentaires pour prendre des notes, planifier ses révisions, mémoriser beaucoup d’informations ou encore lutter contre la procrastination.



Du même auteur : Ne plus vivre chez ses parents, ça change la vie
 

Hélène Weber

Qu'en pensez-vous ?

1.Posté par Abdelillah le 28/10/2012 19:18
Et si on change ce système pour le rendre plus efficace en personnalisant l'apprentissage.Les TICES peuvent etre d'un grand apport.

2.Posté par Hélène le 14/01/2013 16:33
Actuellement étudiante, je suis convaincue que chaque élève puis étudiant doit trouver sa propre méthode pour réussir. Certains seront visuels d'autres seront plus auditifs. Cependant parfois des petits coups de pouce sont nécessaire. La littérature sur le sujet est assez riche et permet parfois de piquer des "petits trucs et astuces" pour mieux s'en sortir que ça soit au lycée ou plus tard à la fac. J'ai récemment découvert un livre intéressant sur ce sujet "Comment réussir vos études secondaires supérieures ?", il a été écrit pour la Belgique mais je crois qu'il peut être lu par des élèves français du moins pour les méthodes d'apprentissages qu'il propose. voici un petit lien: http://www.mesexercices.be/collection/comment-secondaire.html. N'hésitez pas à me donner votre avis ou à me poser des questions,

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Orientation | Méthodes de travail | Vie étudiante | Paroles d'étudiant | Partir à l'étranger








S'abonner à la newsletter gratuite