Toujours des postes à prendre dans l'industrie aéronautique




L'industrie aéronautique française et européenne continue d'échapper à la crise et à recruter ferme, suite aux nombreuses commandes engrangées par Airbus. Pour fabriquer ces avions et les livrer à temps, constructeurs, équipementier et sous-traitants cherchent des opérateurs qualifiés, des techniciens et des ingénieurs aéronautiques.



Le salon du Bourget de juin 2013 l'a confirmé : l'aéronautique ne connaît pas la crise, contrairement au secteur "cousin" de l'automobile. Toujours bien placé dans la compétition mondiale, le groupe EADS (avec ses grands constructeurs que sont Airbus et Eurocopter) est sorti vainqueur de la course aux commandes face à son concurrent Boeing.

Résultat : tous ces avions commandés doivent être fabriqués et livrés à temps et pour cela, les "ressources humaines" sont stratégiques. D'autant plus que les jeunes Français ont tendance à bouder les carrières techniques et scientifiques et à se détourner de l'industrie, souvent par crainte du chômage et de la mauvaise image des métiers de production. Dommage pour l'aéronautique qui offre justement de la haute technicité, des débouchés d'avenir et de la passion.

"Il nous faut absolument assurer la production, mais nous souffrons de la désaffection des jeunes pour les métiers de l'industrie", confirme Claude Bresson, le président du Groupement des industries aéronautiques et spatiales (GIFAS).

De fait, les chiffres montrent une croissance continue des embauches dans l'industrie aéronautique depuis 2005 (excepté en 2009 et 2010) : 8 000 embauches en 2005, 12 000 en 2008, 13 000 en 2011 et 15 000 en 2012. Une tendance qui se confirme en 2013 et devrait perdurer au vu des carnets de commande.


On cherche des ajusteurs-monteurs, des drapeurs, des stratifieurs, des câbleurs et des peintre aéronautiques

Dans l'immédiat, les plus gros besoins se font sentir sur les métiers d'opérateurs, accessibles à niveau bac pro. "Chez les non-cadres, il manque 6 000 postes, dit Laurent Duverger, responsable de l'emploi aéronautique chez Randstad".

Concrètement, quels sont les métiers recherchés à ce niveau ? "En tête, ce sont les ajusteurs-monteurs, précise Laurent Duvergeret. Mais on cherche aussi beaucoup de techniciens d'usinage, pour préparer des pièces, des ajusteurs spécialistes de matériaux composites, des drapeurs, des stratifieurs, des spécialistes du câblage électrique et des peintres aéronautiques".

Ainsi à Rochefort-sur-mer, la Sogerma, filiale d'EADS qui assemble des tronçons d'Airbus et de l'A400M, nouvel avion militaire, les besoins sont clairs : "Nous sommes surtout en recherche d'ajusteurs-monteurs pour la structure des avions, ou pour effectuer le montage des sièges", explique le responsable de formation.

Ajusteur-monteur de cellule : formation, débouchés, salaire

Toujours des postes à prendre dans l'industrie aéronautique
Concrètement, dans l'aéronautique, l'ajusteur-monteur est celui qui ajuste et monte les sous-ensembles qui formeront la cellule, c'est-à-dire le corps de l'avion : il positionne les pièces, assure l'étanchéité, monte toutes les fixations (rivets...), réalise la métallisation, monte certains équipements et circuits.

"C'est un travail très manuel, qui demande une certaine habileté et de l'expérience, c'est pourquoi chez nous un jeune est toujours suivi par un ancien", explique Alphonse, entré chez Dassault à Argenteuil en 1995 avec un CAP de mécanique : "on ne travaille pas sur la chaîne de montage d'un avion high tech comme sur n'importe quel produit. J'ai tout de suite apprécié de réaliser ces pièces et de les voir assembler sur les lignes". Autre exigence : pouvoir lire une documentation en anglais, langue de toute l'industrie aéro.

La formation : Peu de diplômes préparent à ce métier : le CAP mécanicien cellules d'aéronefs, ou le bac pro aéronautique option Structures que l'on peut préparer dans une vingtaine de lycées en France. Mais si vous avez un autre diplôme (CAP, BEP ou bac pro) du secteur industriel, n'hésitez pas à postuler quand même car la formation est souvent assurée en interne. Le CFA des métiers de l'aérien (CFAE), a aussi créé le titre professionnel "mécanicien aérostructure de la cellule" (MASC) que vous pouvez préparer en contrat de professionnalisation (en alternance) en 8 semaines pour devenir opérateur aéronautique.

Et le salaire ? 1680 euros bruts par mois pour un débutant ajusteur-cellule, avec des possibilités d'augmentation avec l'expérience et l'évolution (comme chef d'équipe ou technicien).

Ajusteur sur matériaux composites, stratifieur-drapeur

Variation du métier précédent, l'ajusteur composite monte des parties de l'avion réalisés dans des matériaux innovants dits "composites" car ils mêlent plusieurs matériaux dont des fibres de verre et de carbone qui sont imprégnées de résine. Ainsi l'A350 présenté au Bourget en 2013 a un fuselage composé à 50% de fibres de carbone. Avantage : le gain de poids et d'énergie.

La percée des composites dans l'aéronautique a conduit les formations et les métiers à s'adapter. Le stratifieur-drapeur, lui, s'occupe de fabriquer ou de réparer ces pièces composites. Il/elle fabrique un moule et réalise dans celui-ci des pièces complexes en appliquant les une au-dessus des autres plusieurs couches de fibres textiles imprégnées de résines.

Formation : le CAP composites, plastiques chaudronnés, le bac professionnel technicien aérostructure, ou bien divers titres AFPA (formation continue) comme celui d’opérateur composite hautes performances, de stratifieur multi-procédés en matériaux composites, ou de technicien d'atelier en matériaux composites. Mais toute personne ayant un CAP ou un bac pro industriel peut être formé en entreprise.

Au lycée Marcel Dassault de Rochefort, proche de la Sogerma et d'autres sous-traitants d'Airbus, un bac pro Conduite et pilotage de systèmes industriels, platiques composites a même été créé.

Chaudronnier, soudeur : des métiers de la métallurgie aussi

Toujours des postes à prendre dans l'industrie aéronautique
L'aéronautique continue pourtant à avoir besoin de vieux métiers de la métallurgie pour construire les avions de demain. Ainsi, le chaudronnier est un autre métier apprécié et toujours recherché (quoique moins nombreux en effectifs).

Le chaudronnier aéro ne fabrique aucun chaudron mais met en forme les pièces métalliques qui servent à monter l'avion. Il les trace, les découpe, les cambre, les plie, les étire pour leur donner leur forme, puis il les assemble en les soudant, les collant ou en posant des rivets.

La formation : CAP construction d'ensembles chaudronnés, bac pro réalisation d'ouvrages chaudronnés, structures métalliques, ou un titre de l'AFPA (Association de la formation pour adultes) de chaudronnier aéronautique. Même salaire et possibilités d'évolution que pour les ajusteurs-monteurs de cellule.

Autre métier oublié, celui de la forge ! "Dans l'aéronautique, le forgeron n'est pas celui qui fait les fers à cheval, mais celui qui fond et forme les pièces métalliques, explique Damien, qui travaille chez Safran où il forge des pièces de moteur. Mais nous partons tous en retraite et il faut des jeunes !". La filière a ses bacs pro, ses BTS métallurgie et même... une école d'ingénieurs, l'Ecole supéieure de fonderie et de forge.

Mécanicien avion : des débouchés en dents de scie

Et le métier de mécanicien avion ? Il existe bien sûr, et l'on s'y forme en passant par le bac pro Aéronautique Mécanicien systèmes cellule (MSC). Attention toutefois à ne pas rêver uniquement de faire de la maintenance sur des avions de ligne :

- Pour réparer des avions en service, il faut poursuivre ses études durant au moins un an en faisant une mention complémentaire. Cette formation de niveau bac+1 suivie d'une expérience en entreprise permet alors de décrocher une  "licence européenne" (dite "part.66") , indispensable pour faire de la maintenance (mais qui permet de travailler partout en Europe). On n'est qualifié que sur un type d'avion et le niveau d'anglais à avoir est assez élevé.

- Contrairement aux autres métiers, les débouchés pour travailler dans les compagnies aériennes sont soumis aux variations du secteur. Quand les compagnies (comme Air France) gèlent les embauches, les mécaniciens n'ont plus qu'à aller travailler chez les constructeurs, à la fabrication, où ils trouvent sans problème des postes.

Sorti de formation en pleine crise en 2009 avec sa mention complémentaire en poche, William n'a pas trouvé de travail. Il est donc parti un an en Angleterre pour travailler la langue, puis a fini par trouver du travail chez Snecma : "Je fais de la maintenance de long terme sur des moteurs qui sont envoyés régulièrement pour révision dans nos ateliers".
Grégory, lui, espérait être embauché dans les ateliers de maintenance d'Air France où il a fait son apprentissage, mais cela n'a pas marché. Heureusement, il a trouvé un poste rare chez Europe Airpost où il fait les 3x8 au bord des pistes, le bonheur !


D'autres métiers recherchés dans l'industrie aéronautique

- Technicien aéronautique : les postes sont très variés, chez les constructeurs, les sous-traitants, pour travailler en bureau d'études, rédiger la documentation aéronautique, être en bureau des méthodes, etc. Avec un BTS Aéronautique ou un DUT industriel obtenu dans un IUT orienté aéronautique (Ville-d'Avray, Toulouse, Aix) ou mieux une licence aéronautique obtenue en 1 an après un DUT ou un BTS.

Tendance récente : "On recherche beaucoup de techniciens pour s'occuper de la supply chain (chaîne logistique)", note Laurent Duverger de Randstad. Et également des techniciens pour effectuer des contrôles destructifs et non destructifs. "Car la complexité de la chaîne de fabrication chez Airbus exige de plus en plus de contrôle, explique le spécialiste du recrutement. Les pièces sont contrôlées et recontrôlées."

- Ingénieur aéronautique : Plus que jamais, un diplôme d'ingénieur est presque un must pour accéder à des postes de cadres de niveau bac+5/6 dans ce secteur de haute technologie. Tant les grands constructeurs que les équipementiers et les centaines de sous-traitants recherchent à la fois des ingénieurs d'études et de recherche pour innover et préparer les avions de demain (logiciels, systèmes embarqués, électronique, matériaux), que des ingénieurs pour encadrer la fabrication, pour être chef de projet et aussi ingénieurs commerciaux. Ainsi Thalès comme Safran, EADS et d'autres recherchent en permanence des acheteurs connaissant à la fois les produits et la négociation. Le double diplôme ingénieur / école de commerce est de plus en plus apprécié et il y a d'ailleurs de plus en plus de partenariats entre écoles.

Formation : Les écoles d'ingé aéronautiques Supaéro, Ensica, ENSMA, ESTACA, IPSA, ELISA et des généralistes de l'ENSAM, Supélec, EPF Sceaux, etc.

Des adresses pour se renseigner

- Sur les métiers d'ouvriers qualifiés :  le CFA des métiers de l'aérien : domaine de Vilgénis, 91300 Massy, tél. : 01 64 47 74 33 www.cfadelaerien.fr
- La maintenance : Institut aéronautique Amaury de la Grange (IAAG), www.iaagepag.com
- Tous les métiers de l'aérien Espace Airemploi :www.airemploi.org
- Des offres d'emploi et de stages Sur le site www.aeroemploiformation.com créé par le GiFAS et l'espace Airemploi

A lire également :
Delphine, formatrice en maintenance sur A380
Agent des opérations aériennes : préparer et suivre les vols
Pilote de ligne : un bureau dans le ciel
L'industrie recrute des femmes ingénieurs
Les métiers de l'aéroport



Qu'en pensez-vous ?

1.Posté par Carrière Industrie le 28/06/2013 15:28
Très bon article ! En effet, l'industrie de l'aéronautique a su échapper à la crise, il faut que cela continue, les métiers de l'industrie ont encore de beaux jours devant eux!


Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Cerner son profil | Bâtir son projet pro | Métiers qui recrutent | Métiers à découvrir | Métiers passion | Expériences de jeunes pros | Sans formation ?






S'abonner à la newsletter gratuite



Un blog sur l'actu des débouchés

Hôtellerie : les Roches vont former des managers Spa et Santé

Le tourisme du bien-être est en expansion et l'hôtellerie haut de gamme multiplie l'ouverture de...