Cigarette électronique : le bon plan pour arrêter de fumer ?


Tags : addiction, tabac

De plus en plus de fumeurs se mettent à l'e-cigarette, notamment pour essayer d'arrêter le tabac. La cigarette électronique serait-elle enfin LA solution ?




Cigarette électronique : le bon plan pour arrêter de fumer ?
Rappelons d'abord le principe de fonctionnement de la cigarette électronique : elle a la forme d'une cigarette classique, ce qui est sans doute un "plus" par rapport à d'autres outils de sevrage, mais ne contient pas de tabac. Lorsqu'on la "fume", une diode la fait chauffer, et on rejette une vapeur produite par la combustion de produits placés dans une cartouche.
Des flacons de "e-liquides" permettent de recharger la cartouche usagée. Ces liquides" sont composées de propylène glycol ou de glycérol, de divers arômes et éventuellement de nicotine.

À ce titre, nombre de fumeurs ont donc adopté la cigarette électronique contenant de la nicotine pour tenter d'arrêter de fumer en se sevrant progressivement.

"Trois taux de nicotine sont en général disponibles, le but étant de diminuer progressivement son dosage, explique le fabricant Ecig-Arrete.fr, pour ensuite définitivement le supprimer". Le fait est que la nicotine est alors administrée à l'état pur, sans combustion ni association à toutes les substances nocives du tabac (goudron par exemple).


Est-ce efficace pour se sevrer ?

C'est la grande question que tout le monde se pose. Une étude néo-zélandaise publiée en septembre 2013 a comparé l'efficacité de l'e-cigarette à celle des patchs pour aider les fumeurs à arrêter sur une période d'au moins six mois.
L'étude conclut à une efficacité un peu plus grande pour la cigarette électronique mais sans que la différence soit significative. 7,3% des fumeurs ayant testé durant 13 semaines la e-cigarette ont réussi à cesser totalement de fumer du tabac, contre 5,8% pour ceux qui ont utilisé des patchs à la nicotine.

Par contre, la cigarette électronique s'est avérée nettement plus efficace que les patchs pour réduire sa consommation de tabac : 57% de ceux qui ont testé la e-cigarette, ont réussi à diviser par deux ou plus leur consommation de tabac alors que seulement 41% de ceux utilisant le patch sont parvenus à ce résultat.

En France, une grande enquête sur les vapoteurs a été lancée en janvier 2014 par l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes). On connaîtra ses résultats au troisième trimestre 2014.

Les liquides utilisés sont-ils dangereux ?

Diverses études sont aussi menées sur la nocivité éventuelle des liquides contenus dans la cartouche de ces e-cigarettes : ces liquides sont en général composés de propylène glycol ou de glycérol, et de divers arômes.

Dans l'attente de résultats probants, en France, la vente des cigarettes électroniques a été interdite aux mineurs par principe de précaution. Et le site Tabac Info Service ne la recommande pas encore dans ses outils de sevrage.

Les cigarettes électroniques ne peuvent  pas non plus être vendues en pharmacie car elles ne figurent pas sur la liste des produits dont la délivrance y est autorisée.

Nos conseils

En attendant d'avoir l'aval de toutes les autorités sanitaires, respectez des points de prudence :

- N'utilisez la cigarette électronique contenant de la nicotine que si vous êtes dépendant à ce produit. Pour le savoir, faites notre test de dépendance au tabac ; si vous n'êtes pas dépendant (et que vous fumez seulement de temps en temps pour "le fun"), utilisez seulement les modèles de cigarettes électroniques sans nicotine.
- Pour parvenir à un vrai sevrage, diminuez le taux de nicotine contenue dans l'e-cigarette ;
- Achetez uniquement des cigarettes électronique ayant un marquage "CE" ;
- Vous avez réussi à diminuer votre dépendance, pour stopper totalement : utilisez les moyens classiques que peut vous proposer votre médecin, ou bien recourez à Tabac Info Service (coaching gratuit, ligne téléphonique, etc.)

"Ma recommandation est que si vous êtes un gros fumeur, c'est peut-être bien de passer à la cigarette électronique, mais ne l'utilisez pas trop longtemps", conseille le Pr Bertrand Dautzenberg, spécialiste du poumon à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Lire aussi


Jeudi 23 Octobre 2014
la rédaction

Psycho | Corps et sexualité | Amour | Couple | Un bébé ? | Addictions











Vos articles préférés !