Amandine Chaignot : la jeune chef qui monte



Chef dans les cuisines de palaces parisiens, sur les plateaux télé ou à bord des A380 d'une compagnie aérienne asiatique, Amandine Chaignot trace sa route en apportant sa touche à la gastronomie française. Un itinéraire qui n'a pourtant pas été en ligne droite.




Amandine Chaignot. Photos : Nathanaël Turpin-Griset (Agence La 5ème Etape) / Hôtel Raphaël
Amandine Chaignot. Photos : Nathanaël Turpin-Griset (Agence La 5ème Etape) / Hôtel Raphaël
"Gourmande de nature, j'ai toujours aimé traîner dans la cuisine de ma grand-mère, l'observant pétrir, farcir, rôtir", raconte Amandine sur sa page Facebook...

Pourtant, rien ne la prédisposait à une carrière dans la cuisine. Des parents scientifiques, une enfance en grande banlieue parisienne dans la vallée de Chevreuse la conduisent tout naturellement après le bac sur les bancs de la fac de pharmacie... où elle s'ennuie ferme. Au point d'arrêter ses études en cours de deuxième année.

Pour gagner sa vie (et rassurer ses parents), elle trouve un job dans une pizzeria. Rien de glorieux, mais elle adore "le coup de feu" du service et l'ambiance en cuisine. Après mûre réflexion et un peu d’audace" raconte-t-elle, elle décide de préparer un CAP cuisine à l'école Ferrandi à Paris, projettant d'ouvrir un salon de thé "où l'on mangerait bien".

Un métier où l'on ne s'ennuie jamais

La tentation serait forte alors d'évoquer le rapide décollage de carrière d'Amandine, son entrée dans les grandes maisons. Mais si la jeune femme a du talent, elle ne cache pas le travail et la persévérance qui lui ont fait gravir ces marches

"Les premiers jours ont été difficiles, il m'a fallu intégrer de nouveaux codes, de nouveaux repères", rappelle-t-elle. Bonne élève, plutôt enjouée, elle s'accroche : "Peu à peu je découvre un métier de passionnés ou l'on ne s'ennuie jamais". Surtout, elle s'enrichit des rencontres, fait son miel des petits secrets des grands. "J'ai eu la chance de côtoyer les plus grands chefs : Bernard Leprince, Alain Ducasse, Jean-Francois Piège, Eric Frechon, Yannick Alleno. Je me suis nourrie de leurs gestes, de leurs techniques, de leurs sensibilité, et c'est grâce à ce qu’ils m'ont transmis que j'ai construit ma propre identité de cuisinière".

Elle aime la cuisine bourgeoise de son enfance

A la terrasse de l'hôtel Raphaël où elle est chef.
A la terrasse de l'hôtel Raphaël où elle est chef.
Sans doute les grands chefs apprécient-ils aussi le raffinement de cette "fille de bonne famille française". Elle aime la cuisine bourgeoise de son enfance, les belles viandes, les vols au vent, les quenelles de volaille... Des plats classiques qu'elle "revisite" avec bonheur.
Pas étonnant que les palaces parisiens l'aient embauchée tour à tour : la Maison Prunier, le Plazza Athénée, Le Bristol, le Ritz de Londres, le Meurice, le Crillon, et depuis mai 2012, le prestigieux hôtel Raphaël, où pour la première fois, elle est grand chef.

Sans se reposer sur ses lauriers, pour progresser encore et par "goût du challenge", elle participe aussi à de grands concours de cuisine comme le Bocuse d'or en 2001, puis le Taittinger en 2005, et les Meilleurs Ouvriers de France dont elle est finaliste en 2006.


Et pour ne pas s'enfermer dans l'univers du luxe, elle soutient l'ONG de parrainage d'enfants Vision du monde, via l'opération 1don1rêve qui met aux enchères des prestations de grands cuisiniers.


Embauchée pour faire des menus à bord de l'Airbus A380

En 2013, nouvelle aventure : elle signe avec la compagnie aérienne Malaysia Airlines pour concevoir durant 12 mois les menus français proposés aux passagers des classes Affaires et des Premières à bord des Airbus A380.

Un nouveau défi dont la web télé aéronautique Aeronewstv s'est fait l'écho dans une vidéo.





Photo : Yahoo pour Elles
Photo : Yahoo pour Elles
A la carte du somptueux hôtel Raphaël à Paris (à deux pas de l'arc de triompe) où elle officie en cuisine, elle propose à ses hôtes son "beau pavé de Turbot de pêche française meunière, pommes de terre et poireaux", ou en ce printemps 2013, des "asperges de Provence, beurre d’asperge, chantilly aux graines" ou "le bœuf du moment juste poêlée, gratin de champignons de Paris à la moelle et pommes Amandine".

"Ma cuisine est le reflet de ce que je suis, franche, vive, actuelle. C'est une cuisine pointue, mais c'est avant tout celle que j’aime offrir à ceux que j'aime. Et à travers mes assiettes c’est un peu de bonheur que je voudrais vous faire partager" explique Amandine sur son Site officiel amandinechaignot.com




Vendredi 7 Juin 2013
la rédaction


Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Témoignages | Initiatives | Coin philo | Portrait | Citations | Spiritualité





Vos articles préférés !


S'abonner à la newsletter gratuite