A Lampedusa, le pape François lance un cri en faveur des migrants



Le pape François s'est rendu le 8 juillet 2013 sur l'ile italienne de Lampedusa, où beaucoup d'immigrés arrivent par la mer après un voyage souvent tragique. Il a lancé un appel afin que cessent ces drames et dénoncé l'indifférence du monde. Il a aussi salué les musulmans qui débutaient le ramadan en ce jour.





A Lampedusa, le pape François lance un cri en faveur des migrants
Pour son premier voyage hors de Rome, l'étonnant pape François est resté fidèle à son choix de se tourner vers les plus pauvres. C'est à Lampedusa, cette île italienne située entre la Sicile et la Tunisie, qu'il a voulu se rendre le matin du 8 juillet, pour dire sa solidarité avec tous ceux qui échouent là ou qui périssent après avoir tenté de traverser la Méditerranée pour atteindre l'Europe.

"Immigrés morts en mer, dans ces bateaux qui au lieu d'être un chemin d'espérance ont été un chemin de mort. Il y a quelques semaines, quand j'ai appris cette nouvelle, qui malheureusement s'est répétée tant de fois, ma pensée y est revenue continuellement comme une épine dans le cœur qui apporte de la souffrance, a expliqué François. J'ai alors senti que je devais venir ici aujourd'hui pour prier, pour poser un geste de proximité". 

Au cours de son trajet en bateau, il a jeté à la mer une couronne de fleurs en souvenir des migrants morts noyés dans ces eaux. Une cinquantaine d'immigrés l'attendait sur le quai, à Punta Favarolo. Le pape les a salués personnellement avant d'aller célébrer la messe, puis il s'est adressé aux  musulmans, nombreux parmi les migrants, qui commencaient le jeûne du ramadan : "L'Eglise vous est proche dans la recherche d'une vie plus digne pour vous et vos familles"...


Quand l'autre n'est plus un frère à aimer mais celui qui dérange

Car c'est un message universel de compassion et de solidarité qu'à voulu délivrer le chef religieux, au-delà des appartenances confessionnelles. Un appel à une fraternité universelle, comme il l'a expliqué à travers les textes bibliques choisis pour la cérémonie : le récit de Caïn et Abel, ou le massacre des innocents
"Le rêve de la puissance génère une chaîne d'erreurs qui conduit à verser le sang de son frère"
"Je voudrais proposer des paroles qui surtout provoquent la conscience de tous, poussent à réfléchir et à changer concrètement certaines attitudes, a-t-il expliqué. "Adam, où es-tu?" c'est la première question que Dieu pose à l'homme après le péché. Adam est un homme désorienté qui a perdu sa place dans la création parce qu'il croit devenir puissant, pouvoir tout dominer, être Dieu. Et l'harmonie se rompt, l'homme se trompe et cela se répète aussi dans la relation avec l'autre qui n'est plus le frère à aimer, mais simplement l'autre qui dérange ma vie, mon bien-être".

"Et Dieu pose la deuxième question: "Caïn, où est ton frère?". Le rêve d'être puissant...ou même d'être Dieu, génère une chaine d'erreurs qui est l'engrenage de la mort, et conduit à verser le sang de son frère! Ces deux questions de Dieu résonnent encore aujourd'hui avec toute leur force!"

La culture du bien-être conduit à la mondialisation de l'indifférence

Après cette vigoureuse exhortation, le souverain pontife a appelé à la responsabilité personnelle. "Où est ton frère?", a-t-il martelé. Il ne s'agit pas d'une question adressée aux autres, mais d'une question adressée à moi, à toi, à chacun de nous. Ces frères et sœurs cherchaient à sortir de situations difficiles pour trouver un peu de sérénité et de paix. Ils cherchaient un endroit meilleur pour eux et leurs familles, mais ils ont trouvé la mort. Combien de fois ceux qui cherchent cela ne trouvent pas compréhension, ne trouvent pas accueil, ne trouvent pas solidarité!"
"Aujourd'hui, personne dans le monde ne se sent responsable de cela"

"Nous répondons tous ainsi: ce n'est pas moi...les autres, mais pas moi. Mais Dieu demande à chacun de nous: Où est le sang de ton frère qui crie jusqu'à moi? Aujourd'hui, personne dans le monde ne se sent responsable de cela. Nous avons perdu le sens de la responsabilité fraternelle. (...)  La culture du bien être qui nous amène à penser à nous-mêmes, nous rend insensibles aux cris des autres, nous fait vivre dans des bulles de savon qui sont belles mais ne sont rien, qui ne sont que l'illusion du futile, du provisoire, qui conduit à l'indifférence envers les autres, et qui conduit même à une mondialisation de l'indifférence. Nous sommes habitués à la souffrance des autres, cela ne nous concerne pas, ne nous intéresse pas, n'est pas notre affaire!... La mondialisation de l'indifférence nous rend tous "innommés", des responsables sans nom et sans visage".

Un calice dans le bois des embarcations des migrants

Le Pape a ensuite remercié les habitants et les autorités de Lampedusa de leur solidarité avec les immigrés.

Pour célébrer la messe, il a utilisé un bâton pastoral de la paroisse de Lampedusa réalisé avec des morceaux de bois des embarcations des migrants arrivés sur l'ile, et un calice en bois provenant également de ces barques, tous deux œuvres d'un artisan de Lampedusa ayant aidé les émigrés.

Selon les chiffres des Nations unies, quelque 8000 migrants et demandeurs d'asile ont atteint l'Italie méridionale durant le premier semestre 2013, la plupart venant d'Afrique du Nord, surtout de Libye. Depuis le début de l'année, une quarantaine ont péri lors de la traversée - il y a eu au total 500 morts et disparus au cours de l'année 2012.


Lundi 8 Juillet 2013
la rédaction

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Métiers | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Pub vidéo | liens | Club Réussir ma Vie



S'abonner à la newsletter gratuite



Guides à télécharger



Vos articles préférés !